Déjouer les pièges courants

Déjouer les pièges courants

Escroqueries « à la petite semaine », usurpations d’identité, abus de confiance. Les coups fourrés ne manquent pas !

N’ouvrez pas les textos inconnus

Vous recevez un SMS sur votre téléphone, vous incitant à rappeler en urgence une personne que vous ne pouvez pas identifier. Attention, ce numéro à rappeler est probablement surtaxé. Il commence en général par 0899 ou 0892. Depuis cinq ans, des millions de SMS (messages écrits) ou de MMS (message vocaux ou images) sont ainsi envoyés aux particuliers…..
L’arnaque : L’escroc utilise la méthode du call back (« rappel »), qui lui permet de toucher 2€ par appel retourné. Il mise sur la curiosité, voire l’inquiétude du propriétaire du portable, qui rappelle vite le correspondant fictif sans savoir à qui il a affaire.
Nos conseils : Ne rappelez jamais un numéro à moins de connaître l’identité du correspondant. Si vous recevez un texto d’un inconnu, ne l’ouvrez pas. Transférez-le (c’est gratuit) sur le 33700, mis en place par les opérateurs de téléphonie mobile, afin de le bloquer. Toutes les informations sont sur www.33700-sms.fr

Internet : gare à vos coordonnées bancaires

Vous recevez un mail imitant l’en tête de votre banque ou d’une administration (CAF, CPAM, caisse de retraite, etc…..), vous demandant d’envoyer vos coordonnées bancaires afin d’ « actualiser vos données ». Cette technique est appelée phishing (« hameçonnage »). En France, un internaute sur dix s’est fait piéger par des achats frauduleux réalisés sur Internet.
L’arnaque : L’escroc vous berne en utilisant les logos connus des banques ou des sociétés. En lui fournissant vos coordonnées, il peut débiter votre compte le jour même !
Nos conseils : Supprimer le mail reçu, sans y répondre et sans cliquer sur le lien proposé. Jamais une administration ne vous demandera de fournir vos coordonnées pour mettre à jour votre dossier.
Signalez la fraude au 0892 705 705 (coût d’un appel local) ou sur www.internet-signalement.gouv.fr. Dix spécialistes de la criminalité travaillent sur ce portail du ministère de l’intérieur.

Compte bancaire : contrôlez les retraits

En consultant votre relevé de compte, vous vous apercevrez que des opérations ont été réalisées à votre insu avec votre carte bancaire.
L’arnaque : L’escroc a récupéré votre numéro de carte, la date d’expiration et le cryptogramme. Il peut effectuer tous les achats qu’il veut sur Internet ou par téléphone.
Nos conseils : Faites opposition au 0892 705 705. Contestez ces transactions par écrit à votre banque, puis portez plainte.
Lors d’un achat, ne quittez pas des yeux votre carte de crédit, ne la confiez à personne. Ne gardez pas votre code sur vous.
Notez-le dans un endroit secret.

Fausse loterie : attention au courrier trompeur

Vous êtes avisé par courrier que vous avez gagné une grosse somme grâce à un jeu. Mais afin de récupérer ce gain,vous devez d’abord verser de l’argent.
L’arnaque : On vous fait miroiter un gain alors que vous n’avez pas joué !
Nos conseils : Ne répondez pas. Rappelez-vous que si vous n’avez pas joué, vous n’avez bien évidemment pas gagné ! Ne vous laissez pas séduire par ces propositions mensongères.

Vente forcée : les traquenards de la VPC

Vous recevez un livre, un CD, des fiches pratiques que vous n’avez pas commandés. L’expéditeur vous réclame plus tard soit de les payer, soit de les lui envoyer.
L’arnaque : Il vous contraint d’acheter un article que vous ne voulez pas et vous fait croire que vous l’avez commandé……
Nos conseils : Gardez l’objet dans son emballage et attendez que l’expéditeur s’organise pour le récupérer. Vous pouvez lui écrire (en recommandée) pour dire que vous n’en voulez pas. Ne payez surtout pas. Vous pouvez dénoncer cette pratique auprès de la DGCCRF (au 3939 ou sur www.economie.gouv.fr/dgccrf). La vente sans commande préalable est interdite et punie d’une amende de 7 500€.

Usurpations d’identité

Vous recevez des factures qui ne vous concernent pas. On vous a peut-être volé votre portefeuille ou on a récupéré des papiers dans votre poubelle !
L’arnaque : Chaque fois que l’on lui demande ses papiers, l’escroc présente les vôtres ! En 2012, 25000 aigrefins ont usurpé une identité pour piéger un organisme financier.
Nos conseils : Pensez à détruire systématiquement vos documents avant de les jeter à la poubelle. Contactez la poste si vous suspectez un vol de courrier. Récupérez les dossiers de constitution de crédit lorsqu’ils ont été refusés. Si vous êtes victime, portez plainte (gendarmerie ou police). Depuis le 1er janvier 2011, cette infraction est punie d’un an de prison et 15000€ d’amende. Pour toutes informations, contactez l’association « On a volé mon identité » sur www.on-a-vole-monidentite.com

signature nathalie trapier