Le forfait social

En vue de développer le recours à l’intéressement et à la participation dans les entreprises de moins de 250 salariés, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019 prévoit la suppression du forfait social sur les sommes versées au titre de certains dispositifs d’épargne salariale.

Le forfait social est une contribution à la charge de l’employeur. Elle est prélevée sur les rémunérations ou gains exonérés de cotisations de Sécurité sociale mais assujettis à la contribution sociale généralisée (CSG). Le taux du forfait social est fixé à 20 %. Par dérogation, des taux de 8,10 % et 16 % peuvent trouver à s’appliquer.

Pour les entreprises de moins de 50 salariés, non soumises à l’obligation de mettre en place un accord de participation, l’assujettissement au forfait social des sommes versées au titre d’un accord de participation, d’un accord d’intéressement et de la contribution des entreprises à un plan d’épargne salariale (plan d’épargne entreprise, plan d’épargne interentreprises, plan d’épargne pour la retraite collectif) est supprimé.

Par ailleurs, cette suppression du forfait social n’est plus limitée, s’agissant des sommes versées par l’employeur au titre d’un accord d’intéressement ou de participation, aux cas où l’entreprise conclut pour la première fois un tel accord ou n’a pas conclu un tel accord dans les cinq années précédentes.

Ces dispositions sont applicables aux sommes attribuées à compter du 1er janvier 2019.

 

signature nathalie trapier