theme_actu-en-avt_icn-like theme_actu-en-avt_icn-like Aimer l'article

Protocole sanitaire de septembre

Les départements en zone verte

Principale mesure déjà annoncée : “Les espaces protégés et clos” doivent obligatoirement respecter le port du masque. D’après le texte, certaines adaptations seront possibles notamment en fonction de la circulation du virus dans le département.

Pour les départements considérés avec une circulation faible du virus – et donc classés en vert –, le protocole est assez souple. En effet, il sera possible de déroger partiellement au port du masque. Encore faut-il que les locaux de l’entreprise possèdent une « ventilation/aération fonctionnelle et bénéficient d’une maintenance ». Mais également, d’« écrans de protection entre les postes de travail » et d’une « mise à disposition des salariés de visières ».

Les départements en zone orange

Pour ces départements, c’est-à-dire à circulation dite « modérée », c’est un peu différent. Aux conditions précédentes s’en ajoute de nouvelles. « La faculté de déroger au port permanent du masque sera limitée aux locaux de grand volume et disposant d’une extraction d’air haute ».

Les départements en zone rouge

Enfin, si le département est classé en zone rouge, ce qui est le cas de 21 départements français à ce jour, il ne sera possible d’avoir une dérogation (en plus des conditions précédentes) que « dans les locaux bénéficiant d’une ventilation mécanique et garantissant aux personnes un espace de 4 m² (par exemple, moins de 25 personnes pour un espace de 100 m²) ».

Sources des chiffres clés du coronavirus

Quand retirer son masque ?

Pour autant, il ne sera « possible de retirer temporairement son masque » qu’à « certains moments dans la journée » et non pas toute la journée. Notamment dans les lieux collectifs clos, ce sera juste le temps de faire une pause sans masque.
Le salarié n’a pas la possibilité de quitter son masque pendant toute la durée de la journée de travail.

Les cas isolés

Le port du masque sera donc la norme sauf pour les salariés travaillant seuls dans un bureau individuel.
Pour les salariés travaillant en atelier, il est possible de ne pas porter le masque, « dès lors que les conditions de ventilation-aération fonctionnelles sont conformes à la réglementation ». Évidemment, il faut un nombre de personnes limité et respectant la distanciation physique et portant une visière.

Pour les travailleurs à l’extérieur, le masque ne sera nécessaire qu’« en cas de regroupement ou d’incapacité de respecter la distance d’un mètre ». Enfin, dans les véhicules professionnels, le masque devient obligatoire s’il y a plusieurs salariés dans l’habitacle. De surcroît, les entreprises devront effectuer une procédure de désinfection régulièrement.
Le document de 21 pages revient en outre sur de nombreuses thématiques et notamment sur le télétravail qui restera une pratique recommandée et à privilégier.

Sources du protocole national


1

0

Partager l'article :