theme_actu-en-avt_icn-like theme_actu-en-avt_icn-like Aimer l'article

DUERP et sa mise à jour post Covid-19

Rappel

Le document unique d’évaluation des risques professionnels (DUERP) est un document obligatoire dans toutes les entreprises. Et ce, quel que soient leur taille et leur secteur d’activité. Il doit être mis à jour régulièrement. Basé sur l’évaluation des risques, il doit comporter un inventaire des risques identifiés et encourus dans chaque unité de travail. Par voie de conséquence, de actions de prévention et de protection qui en découlent, doivent être portées.

Aucun modèle de DUERP n’a été prévu par la règlementation. Il doit être adapté à chaque entreprise et répondre à 3 critères, à savoir être cohérent, fonctionnel et traçable et catégorisant trois types de contenus :

  • identification des dangers : lister les risques c’est-à-dire les capacités d’un équipement, d’un procédé ou d’un produit à causer un dommage à la santé des salariés
  • identification des risques : les conditions d’exposition des salariés aux dangers préalablement identifiés (fréquence d’exposition, gravité…) sont à hiérarchiser pour faciliter les mesures de prévention et de protection à mettre en place
  • actions de prévention et de protection : des actions doivent être proposées pour prévenir les risques et améliorer les conditions de travail des salariés.

Le document unique doit être accessible aux salariés, aux délégués du personnel, au médecin du travail, à l’inspecteur du travail, aux agents des services et organismes de sécurité sociale. De la même façon, il conviendra d’afficher sur le lieu de travail un avis sur les modalités pour accéder au DUERP.

DUERP et COVID-19

Désormais, il conviendra d’y évaluer les risques induits par la COVID-19 et d’indiquer les mesures de confinement. Les procédures à suivre sont à reporter en cas d’apparition des premiers signes de maladie. Il doit être préciser la mise à disposition de gel hydro alcoolique. L’employeur doit préconiser le lavage des mains et les gestes barrière. Pour finir, l’arrêt des situations de co-activité directe doit être fixé.

En d’autres termes, il est primordial d’adapter les conditions de travail et s’assurer la protection et la santé des salariés.

Sources : ministère du travail et de l’emploi


0

0

Partager l'article :